Nos meilleurs trucs zéro déchet pour la maison et le bureau !

Des premiers traits de crayons dans le petit carnet rouge jusqu’à la réception des modules chez vous, coquo est original et unique en son genre. C’est pourquoi il est aussi essentiel d’adopter son mode de vie, que nous appelons affectueusement la « coquo attitude ». coquo ne fait pas de cachettes : les tablettes ouvertes, les portes vitrées, la barre d’accrochage de l’îlot Braccas, vous y affichez vos courses et vos trouvailles. Une fois installée dans votre demeure, il s’agira bien sûr d’accessoiriser votre cuisine coquo pour lui donner votre couleur bien personnelle.

Alors, une question se pose... que vais-je faire de mes gigantesques boîtes de céréales, ou de mes croustilles préférées format familial ? Puisque coquo est mené par un mantra plus écologique, le mouvement « zéro déchet » se conjugue naturellement avec nos modules. C’est alors vraiment plus charmant de déposer sur vos tablettes des denrées entreposées dans des bocaux en verre. Je suis certaine que vous serez d’autant plus fiers d’y exposer vos emplettes sachant qu’elles sont le résultat d’une petite course au magasin « en vrac » près de chez vous.

Dans la réflexion qui a mené à la conception des meubles coquo, plusieurs décisions ont été prises pour que le processus soit le plus écologique possible. Les meubles coquo sont construits en chêne massif (matière durable et locale), sans aucune trace de mélamine. Nos modules sont conçus pour être réutilisés dans d’autres pièces de la maison ; ainsi, nous contribuons au mouvement du « slow design » qui met de l’avant un design intemporel, des solutions simples et intuitives pour le bien-être profond de l’individu.

Îlot Braccas en chêne teint nuit profonde.

Pour la livraison, nous avons aussi fait le choix de mettre de côté les emballages de styromousse pour privilégier le carton ondulé, qui protège tout aussi bien nos voyageurs. En plus, une fois vos meubles mis en place, les grosses boîtes de carton font de parfaites petites maisons pour amuser les tout-petits (et se recyclent très bien) !

Ces choix que nous avons faits pendant la conception de nos meubles traduisent notre envie collective de vivre de façon plus écologique. Nous avions aussi le souci d’apporter des changements dans notre quotidien qui peuvent faire une différence pour l’environnement. Toute l’équipe au bureau y a contribué et nous avons pris de nouvelles habitudes de vie pour appuyer notre toute nouvelle démarche. Lors de nos repas, nous utilisons des serviettes de table en tissu. Bon, il a fallu quelques jours pour se souvenir des couleurs qui avaient été attribuées (et on se le demande encore parfois), mais ce changement nous permet de ne plus gaspiller de serviettes de papier et de mettre de la couleur sur notre table... et Dieu sait que l’on aime manger chez coquo ! coquo qui signifie : « je cuisine » en latin et co et quo qui se veut un adage pour signifier « ensemble au quotidien » traduit très bien notre pensée gourmande et conviviale ! Donc, imaginez notre joie à l’heure du lunch !

Aussi, nous n’offrons plus de bouteilles de plastique aux clients, mais un verre et de l’eau que nous laissons au frigo pour nous assurer qu’elle soit fraîche. Non seulement notre utilisation de plastique a été considérablement réduite, mais en plus, ça ne coûte rien et nous recevons une tonne de compliments sur nos bouteilles de lait en verre recyclées.

Nous avons aussi contacté la Ville de Montréal pour nous débarrasser de nos déchets alimentaires plus écologiquement et recevoir notre bac de compost. Puisque certaines étaient un peu craintives face aux odeurs — elles se reconnaîtront ;-) — nous laissons le bac au congélateur, et le sortons lorsque nous en avons besoin. Une collègue, elle, a l’habitude d’arrêter acheter son café tous les matins en prenant le métro. Après quelques pressions de notre part, elle s’est munie d’une jolie tasse réutilisable (de la compagnie KeepCup) qu’elle fait remplir à son petit café favori. On a aussi la chance d’avoir dans notre équipe « l’experte environnementale » à qui l’on se réfère très souvent pour savoir quoi mettre ou pas dans le bac de la ville. Si vous n’avez pas la chance d’avoir une collègue aussi dévouée que la nôtre, je vous recommande d’aller sur le site internet de RECYC-QUÉBEC, où vous trouverez une tonne d’informations utiles pour la récupération, mais aussi pour adopter des habitudes de consommation responsable. On fait aussi maintenant le choix d’acheter les produits ménagers conçus par la compagnie canadienne ATTITUDE. Ils offrent tout un éventail de produits d’excellente qualité qui ont un impact minimal sur la santé et la planète. On a adopté les contenants en vrac de savon à main et à vaisselle, qui utilisent 88 % moins de plastique que les emballages format régulier. On remplit les pompes à savon que nous avions déjà, et le tour est joué !

À la maison, j’ai amené des petits changements dans mon quotidien, pour faire ma part un peu moi aussi. Au départ, quand je me suis lancée dans l’achat d’aliments en vrac, je dois avouer que je l’ai fait un peu simplement par esthétisme… Les réseaux sociaux y sont pour beaucoup, de nombreux comptes Instagram m’inspirent... je trouve les images de pots en verre avec une petite étiquette noire si jolie. C’est un peu superficiel, oui... mais le résultat final n’est pas moins bénéfique pour l’environnement, non ?

Je me dis que c’est peut-être un peu comme s’acheter une nouvelle paire d’espadrilles pour se motiver à courir... Si c’est ce qu’il faut pour atteindre un objectif positif, pourquoi pas !

C’est donc munie de ma merveilleuse étiqueteuse à embossage Dymo que je me suis mise à identifier presque tous les contenants que je possédais et à les mettre bien en évidence dans mon étagère ouverte. Est-ce que mon conjoint comprenait vraiment ma passion nouvelle pour les étiquettes ? Non. Est-ce qu’il m’a trouvée divertissante ? Sans doute !

Tasse à café réutilisable KeepCup.
Emballage alimentaire à la cire d’abeille Abeego. Photo : Abeego.

Il y a aussi des habitudes d’achat plus écologiques que l’on peut adopter sans consommer uniquement des produits provenant de magasins de vente en vrac. En effet, à l’épicerie, j’essaie de choisir des aliments vendus dans des contenants en verre, et je priorise les formats plus gros pour réduire le nombre de contenants achetés.

Cet article de blogue que l’on retrouve sur le site internet de la compagnie Dans le sac propose de belles options pour remplacer les objets jetables dans la cuisine. Les feuilles de papier ciré ou parchemin, les pellicules de plastique, les sacs de plastique, les sacs à collations jetables et les serviettes « essuie-tout » peuvent facilement être éliminés de notre quotidien sans trop grand sacrifice. Cette compagnie québécoise offre aussi une boutique en ligne où l’on peut se procurer de très jolis produits écologiques et zéro déchet. Dans un autre de leurs articles, on retrouve des astuces intéressantes pour commencer à faire ses achats en vrac et des adresses pour faire son magasinage en vrac selon votre région.

Dans ma cuisine, j’ai aussi dit adieu à la traditionnelle petite éponge jaune et verte pour la remplacer par une éponge végétale (luffa), qui est en fait une courge séchée. On peut la laver à la machine ou au lave-vaisselle, elle n’égratigne pas mes chaudrons, et je la mets au compost une fois qu’elle est trop vieille.

Maintenant, ma toute nouvelle tentative écologique dans la cuisine vise un de mes plus grands points faibles… les plantes ! J’adore que mon espace de vie soit rempli par plusieurs plantes, mais je ne suis malheureusement pas très douée (malgré les nombreux conseils de ma mère). En faisant mes recherches, j’ai vu qu’on peut utiliser les feuilles de thé ou le marc de café (une fois secs) comme engrais naturel. C’est donc munie de ma petite pelle à jardinage que j’ai intégré mon marc de café à toutes mes plantes la semaine dernière. Je ne suis pas sûre de voir des résultats pour le moment, mais aucune plante n’a encore rendu l’âme… on verra dans les prochaines semaines !

C’est donc tout à fait possible d’apporter des changements tant dans les compagnies que dans notre quotidien pour avoir des comportements plus respectueux de l’environnement. Il faut simplement y aller un geste à la fois, faire des actions avec lesquelles nous sommes confortables, et attendre d’avoir bien intégré un geste dans notre routine avant d’en ajouter un autre. Il faut surtout rester zen avec tout ça… Les petits gestes anodins sont souvent les meilleurs, pas à pas vers un comportement plus écologique dans l’optique d’en faire de nouvelles habitudes qui deviendront au fil des ans naturelles et sans effort !

Trucs et astuces

7 trucs pour débuter le zéro déchet

10 petits gestes simples pour commencer

10 changements qui ne coûtent presque rien pour produire moins de déchets dans la cuisine

Quoi récupérer ?

Répertoire zéro déchet

Bye bye Publisac !

Nos sites zéro déchet favoris

AQZD

Blond Story

Dans le sac

Écolo imparfaite

Sortir les poubelles